Nul n'est en mesure de comprendre dans quelle détresse ou se trouve, lorsqu'on souffre de problème psychologiques graves qui peuvent mettre en péril dans certain cas votre vie, pour beaucoup de personnes dites « normale », encore faudrait il savoir ou se trouve cette « fameuse » normalité, les personnes qui souffrent de ces maux sont des « simulateurs » qui se complaisent dans leur malheur. Les souffrances provoquées par ces maux d'ordre psychologique peuvent avoir des conséquences d'un point de vue physique, ces conséquences sont de deux types, la moindre mais moins inoffensive : la scarification ou l'auto mutilation. Sans oublier la conséquence la plus grave : le suicide !

Lorsqu'on parle au bout de quelques temps avec une personne rencontrée sur un site de rencontre quelconque, on ose lui avouer la vérité sur soi, ce qui demande beaucoup de courage, car beaucoup triche sans vergogne sur ces sites afin d'avoir un « plan cul », vu que beaucoup d'adhérent de ces mêmes sites sont des hommes mariés menant une double vie . Il en existe d'autre qui n'ont pas beaucoup expérience dans les relations hommes et femmes, pour la simple et bonne raison que leurs maux se sont mis en travers des relations humaines. Ces inexpérience est due au fait que lors cette phase la libido est en sommeil, et quand cela vous touche à l'age de 20 ans, les années qui suivent sont une longue traversée du désert, car certains, médicament étant fait pour lutter contre un état dépressif diminue plus encore le désir et le libido. Alors faute de partenaire réelle, on finit pas se créer un univers fantasmagorique et l'on sa libido via des fantasmes, car on a trop honte de dire que l'on est « vierge », plus les années passent plus on a honte de cette situation sans issus dans laquelle on est embourbé !

Parfois, on fait la connaissance de jeunes femmes et femmes qui nous écoutent et comprennent notre détresse sans être pour au tant, une psy,ou une mère de remplacement, ce qu'elles cherchent c'est avant tout de la joie du bonheur... alors quand un « maniaco-dépressif » leurs avoue la vérité sur compte, beaucoup partent sans laisser d'adresse, on compte tout juste sur les doigts d'une main celles qui ne fuient pas.

Pour en revenir à la libido, on a recourt qu’au plaisir solitaire, « faire l'amour » est un luxe au dessus de nos moyens. Quelle dommage d'avoir fermé, les maison de « tolérance », il y aurait peut être moins de « viols » et d’agressions sexuelles probablement ! Nous sommes totalement pour la réouverture des « bordels » sous le contrôle des autorités sanitaires et policières, cela éviterait peut être le trafique de jeunes femmes de l'Europe de l'Est ou autre... et les réseaux de souteneurs qui vont avec !

La solitude affective et physique est la plus difficile à supporter...